fbpx

Les jeunes conducteurs et leurs finances, qui paye quoi?

Les jeunes conducteurs et leurs finances, qui paye quoi?

Les jeunes conducteurs et leurs finances, qui paye quoi?

En France, plus de 1,5 millions de candidats se présentent chaque année à l’examen du permis de conduire. En effet, il est très souvent synonyme de liberté, d’indépendance mais également la possibilité de trouver plus facilement un emploi. Mais il faut savoir que le permis de conduire a un coût important que les jeunes candidats ne peuvent pas forcément couvrir. Nous vous proposons donc un point sur les finances des jeunes conducteurs en France grâce à l’étude réalisée par le site Le-Jeune-Conducteur.com (https://le-jeune-conducteur.com/dossiers/enquete-2017-finances)

 

Financer son permis | GmonCode.fr

Le passage du permis de conduire : une dépense importante

Le permis de conduire coûte, en moyenne, 1 800 € (cf. https://www.toutsurmesfinances.com/argent/a/code-de-la-route-permis-tarifs-bons-plans-pour-payer-moins-cher). Pourtant, plus de 80 % des candidats ont moins de 25 ans : ils n’ont donc pas forcément les moyens de payer eux-mêmes le forfait permis proposé par les auto-écoles (examen et heures de conduite) ni les heures de conduite supplémentaires dont le coût peut aller jusqu’à 60 € l’unité.

 

C’est d’ailleurs pour cela que seuls 33 % des jeunes interrogés par l’enquête financent seuls leur permis de conduire. D’ailleurs, 4 % d’entre eux sont obligés de faire un crédit pour cette raison. C’est donc en majorité la famille qui offre cet examen (44 %). Et dans 21 % des cas, le jeune et sa famille financent ensemble ce grand pas vers l’âge adulte.

Mais saviez-vous qu’il était possible de faire des économies sur le tarif de l’examen de conduite ? En effet, les auto-écoles ne pratiquent pas toutes les mêmes tarifs, qu’elles soient dans la même ville ou non. Cela peut donc être une bonne idée de se rapprocher de plusieurs établissements afin d’avoir un aperçu de leurs tarifs.

Notez également qu’il existe différentes aides ou prises en charge pour vous aider dans le financement de cet examen : permis à 1 € par jour, aides locales, financement par le Compte Profession de Formation (CPF)…

Pour finir, passer par la conduite accompagnée ou la conduite supervisée a également un impact sur le prix du permis de conduire. De plus, ces 2 possibilités permettent de réduire le nombre d’heures de conduite réalisées en auto-école et donc les frais (source : https://www.actiroute.com/blog/argent/comment-reduire-le-prix-du-permis).

 

L’achat de sa première voiture : quel choix faire ?

premiere voiture jeune conducteur | GmonCode.fr

Une fois le permis en poche, il est temps de s’interroger sur la voiture que le jeune conducteur va utiliser. Peut-il utiliser pour un temps la voiture d’un de ses parents ? Vaut-il mieux qu’il ait sa propre voiture pour ne pas avoir à gérer un planning de roulement ?

 

L’enquête citée dans cet article ne traite que de l’achat d’une voiture. Nous allons donc nous pencher uniquement sur ce point précis et sur le choix que font les jeunes conducteurs pour leur première voiture.

 

L’achat d’une voiture est donc le deuxième poste qui peut revenir cher à des jeunes conducteurs qui ne sont pas encore complètement lancés dans la vie active. C’est pour cela que la famille aide au financement dans 42 %. Elle finance, par ailleurs, entièrement la voiture dans 29 % des cas. Pourtant, les 30 % restants correspondent aux jeunes qui achètent eux-mêmes leur voiture grâce à des emplois saisonniers ou étudiants ou en contractant un prêt (dans 23 % des cas).

 

Mais quel type de voiture est le plus choisi par les jeunes conducteurs ? Il s’agit en très grande majorité (94 % des personnes interrogées) d’une voiture d’occasion dont le prix est plus abordable. De plus, les jeunes sont plus attirés par les voitures essence (64 % contre 34 % pour les diesels) qui sont souvent moins coûteuses à l’achat mais aussi à l’entretien (cf. https://www.auto-moto.com/techno/moteur-transmission/essence-diesel-avantages-inconvenients-215403.html#ctn-summary-title4). Et cela, même si le diesel est un carburant moins cher à la pompe.

 

Focus sur les frais annexes : des dépenses souvent oubliées

On pourrait qu’après l’achat d’une voiture, les jeunes conducteurs n’ont plus aucune dépense à laquelle penser si ce n’est l’achat du carburant. Mais ce n’est pas forcément le cas. En effet, être le propriétaire d’une voiture nécessite certains frais annexes à ne pas oublier. Il s’agit par exemple de l’entretien de la voiture (les révisions, réparations, contrôles techniques…) qui est très souvent pris en charge par les jeunes ou des amendes (prises en charge à 56 % par les jeunes conducteurs).

 

Il faut également penser à l’assurance auto qui est obligatoire pour toutes les voitures qu’elles restent à l’arrêt ou non. Là encore, ce sont les jeunes conducteurs qui s’en occupent dans la majorité des cas (52 %) mais la famille est prête à prendre cette responsabilité seule (31 %) ou conjointement avec le jeune (15 %).

 

Mais là encore, l’assurance auto a un coût non négligeable. C’est d’autant plus vrai car les jeunes conducteurs sont soumis à une surprime qui peut aller jusqu’à doubler le montant de la cotisation de base lors de leur première année.

 

Pourtant, en choisissant correctement ce contrat d’assurance, il est possible de réaliser des économies (source : https://bonne-assurance.com/automobile/classement/meilleures-assurances-auto-jeune-conducteur/#choisir-son-assurance). En effet, il est souvent conseillé aux jeunes d’opter pour une assurance au tiers qui est la moins chère. Souvent adaptée aux voitures d’occasion choisies par les jeunes, cette formule peut être améliorée grâce à quelques options de façon à proposer une couverture correcte à petit prix.

 

Il est également important de faire attention à la voiture choisie pour un jeune conducteur. Les assureurs prennent, en effet, en compte la puissance de cette dernière et la mettent en lien avec l’expérience du conducteur. Une voiture puissante associée à un conducteur inexpérimenté représentera alors plus de risques d’accident à leurs yeux et les compagnies d’assurance ajusteront leurs tarifs dans ce sens.

ML

Les commentaires sont fermés.
adipiscing ut libero. risus. Donec libero ipsum velit, quis